Visiter Bari
Italie du sud Régions & Villes italiennes

Visiter Bari et les Pouilles

Histoire de Bari

Les origines de la ville remontent à des temps lointains. Les premiers témoignages sont visibles dans le village préhistorique. Situé dans une zone près du port, le long de la Piazza San Pietro, il s’étendait sur environ 300m² et date de l’époque de bronze.

Au IIIe siècle avant JC, la ville était déjà un port actif et florissant pour les peuples de la Peucèzia qui occupaient une partie des Pouilles. Bari résista longtemps aux invasions grecques avant d’être conquise par les romains qui en firent un municipium. Elle resta un important centre commercial même durant les époques le plus compliquées.

En 879, la ville tombe aux mains des sarrasins avant d’être reprise par les byzantins. A cette époque, elle devint un centre politique et militaire majeur de l’empire byzantin et siège du Catapano qui gouvernait tous les territoires byzantins en Occident.

Aux alentours de l’an 1000, la ville subit de nouveau les assauts de pirates sarrasins. Le plus grave, celui de 1002, donna lieu à un long siège duquel Bari fut sauvée par les vénitiens. La domination byzantine prit fin en 1071, quand le normand Robert d’Hauteville dit le Guiscard conquit la ville. Sous la domination normande, le port acquit une grande notoriété, avec celui de Brindisi, il fut un des principaux ports d’embarquement pour les croisades. La période normande, relativement, tranquille prit fin quand Guillaume I attaqua la ville et la rasa pour ne laisser que la basilique Saint Nicolas.

La ville fut reconstruite par les souabes donnant naissance à une période prospère sous le règne de Frédéric II de Souabe. Le souverain éclairé donna une nouvelle impulsion aux activités portuaires et industrielles. Il restaura aussi le château et à sa cour les arts et la culture se développèrent. Quand vient le règne de Charles Ier d’Anjou, la ville fut soumise à de fortes taxes. A partir de ce moment Bari devint moins attractive. Elle tomba aux mains des Sforza, ducs de Milan, au XVe siècle.

Après une embellie sous le règne des Aragons, la ville connue des siècles sombres aux mains des espagnoles et des Bourbons. Une période difficile pour toute la péninsule. Ce n’est qu’en 1813 sous Napoléon que la reconstruction de la ville commença notamment grâce à Murat.

Que voir à Bari ?

La basilique de Saint Nicolas

La basilique de Saint Nicolas à Bari est un des édifices religieux les plus importants d’Italie. Saint Patron de la ville de Bari et cher aussi bien aux catholiques qu’aux orthodoxes, Saint Nicolas de Myre est l’évêque qui a inspiré la légende du Père Noel. Les restes de Saint Nicolas reposent au sein de la basilique, dans la crypte. C’est donc un lieu de pèlerinage aussi bien pour les fidèles catholiques que les fidèles orthodoxes. C’est un des rares lieux en Italie où sont célébrés les 2 cultes.

La basilique Saint Nicolas fut édifiée pour accueillir les restes du saint en 1089. Aujourd’hui, c’est un des endroits les plus visités des Pouilles. C’est un merveilleux exemple de style roman et à l’intérieur, vous pourrez admirer les plafonds en bois dorés avec des peintures du XVIIe siècle, un autel d’argent et la chaise d’Elie. Le trésor de Saint-Nicolas, qui continue de croître grâce aux cadeaux et aux offrandes des fidèles, est conservé dans le musée adjacent et contient des objets en argent, des manuscrits enluminés et des parchemins précieux.

Le quartier du vieux Bari

Le quartier de San Nicola, ou vieux Bari, s’étend entre les deux ports de la ville, l’ancien et le nouveau, donnant sur le front de mer, il constitue le centre historique de Bari. Le cœur du vieux Bari remonte au Moyen Âge. Il est entouré de murs et dominé par le château souabe normand, qui est l’un des symboles des Pouilles. En entrant dans ce dédale de ruelles, il semble que peu de choses aient changé. Les maisons sont adossées les unes aux autres et à chaque coin de rue, on trouve une église, des monuments ou une vue sur la mer. La basilique de Saint Nicolas se trouve précisément dans cette zone, ainsi que la cathédrale de San Sabino, qui date de 1100 et contient entre autres un précieux codex médiéval. Marcher sur les chianche du vieux Bari vous permettra de découvrir au moins dix autres églises, dans une ambiance hors du temps. Un lieu où tout le monde se connait et où les odeurs de cuisines se mêlent à la brise marine. Ne manquez pas le fort de Sant’Antonio Abate, construit en 1300 à des fins défensives.

Le bord de mer de Bari

Le front de mer de Bari a été inauguré en 1927 à l’époque fasciste. C’est aujourd’hui l’une des plus célèbres promenades de la ville. C’est aussi une occasion unique d’admirer une série de bâtiments de style Liberty et respirer l’atmosphère de Bari avec une vue imprenable sur l’Adriatique.

La partie la plus célèbre de la promenade comprend la Via Imperatore Augusto, la Via Araldo di Corollalanza et la Via Nazario Sauro, du nouveau port au vieux port. À mi-chemin, un passage à travers les remparts permet de pénétrer dans la vieille ville, tandis que sur le front de mer, vous pourrez admirer certains des plus beaux bâtiments de Bari dont l’Albergo delle Nazioni, le théâtre Kursaal Santa Lucia et le Palazzo della Provincia.

Le château Normand Souabe

Construit sur l’ancien château édifié par Roger II le Normand en 1131, ce bâtiment a été complètement détruit en 1156 et reconstruit en 1223 selon le testament de Frédéric II de Souabe. Depuis presque mille ans, le château normand-souabe se dresse sur la vieille ville de Bari, protégeant son entrée principale et domine la mer. Outre son importante valeur historique, le château est le siège de la Surintendance de l’architecture et du patrimoine historique des Pouilles et est l’un des monuments romans les plus importants d’Italie.

Le bâtiment se compose de deux parties distinctes : le Mastio, celui de Frederic II, comprend deux des tours d’origine, tandis que l’autre partie comprend les pavois et autres tours ajoutées en 1500. Un pont sur les douves accueille les visiteurs. À l’intérieur ils découvrent un portail gothique et une cour Renaissance. Au rez-de-chaussée, le château abrite des moulages en plâtre dont certains des monuments les plus importants des Pouilles.

Que faire à Bari ?

Visiter la Pinacothèque Corrado Giaquinto

La pinacothèque se trouve sur le front de mer, dans le Palazzo della Provincia. Avec ses collections de tableaux, vêtements et mobiliers dont les plus anciens datent de l’an mille, c’est un important témoignage de l’art et de la culture des Pouilles. Il y a 22 salles à visiter. Parmi celles à ne pas manquer, celles qui abritent les sculptures médiévales réalisées entre 1000 et 1400, et les peintures de l’école napolitaine avec les œuvres de Luca Giordano et Andrea Vaccaro. La collection Grieco comprend 50 tableaux du XIXe siècle dont les œuvres des macchiaioli toscans et d’autres du début du XXe siècle dont des tableaux de Pelizza da Volpedo, De Chirico et Carrà.

Visiter le Bari souterrain

Pour ceux qui souhaite découvrir la ville d’une autre perspective et en même temps comprendre sa riche histoire, ne manquez pas la visite du Bari souterrain. Le parcours nocturne, avec un archéologue pour guide, part du château normand souabe et traverse toute la vielle ville.

Le long de ce parcours, toute l’histoire de la ville se reconstruit. Le visiteur passe d’une cabane de l’âge de bronze à l’époque où Bari était la capitale de l’Empire byzantin lorsque les églises chrétiennes et byzantines étaient voisines les unes des autres.

La visite guidée des souterrains de Bari permet de comprendre clairement que la ville s’est construite sur des strates successives. Les maisons et les églises ont été édifiées sur les bases des constructions précédentes. Encore aujourd’hui, il est possible de les retrouver, par exemple les souterrains de la basilique Saint Nicolas garde les traces d’une ancienne basilique paléochrétienne.

Aux alentours de Bari

La région des Pouilles est une terre aux différents visages suspendue entre nature, histoire, tradition et spiritualités. Les Pouilles peuvent se visiter toute l’année.

Les Pouilles, le talon de la botte italienne, sont une région enchanteresse. Une bande de terre qui s’enfonce dans la mer avec des plages magnifiques comme celles de Torre dell’Orso et Porto Cesario ou encore Santa Maria di Leuca où la mer Ionienne rencontre la mer Adriatique. Les options pour ceux qui aiment la mer sont nombreuses de Gallipoli « le joyau du Salento » à Gargano en passant par les îles Tremiti.

Les amoureux de la nature ne seront pas en reste dans les Pouilles. La région abrite notamment le Parc National de Murge et celui du Gargano avec la forêt d’Umbra, les marais salants et les lacs. A visiter également, la réserve marine de Torre Guaceto, les tombes de Laterza et les larges dolines d’Altamura qui avec leurs paysages uniques caractérisent l’intérieur de la région.

Pour ceux qui souhaitent faire un voyage à travers l’histoire, les Pouilles offre un large éventail de lieux qui racontant les origines de cette terre. De la préhistoire à l’antiquité grecque, de l’âge impérial à la Renaissance et les fastes du baroque à Lecce et dans le Salento.

Les trulli, dans la vallée d’Itria, offrent un parfait témoignage du passé rural de la région. Alors que les nombreux châteaux qui ornent les côtes nous rappelle qu’à une époque les marchandises et les dangers arrivaient de la mer.

Ceux qui aiment les traditions et la musique populaire seront comblés par les innombrables festivals et fêtes de village qui, en été, se déplacent dans la région.

Découvrez aussi Naples, la capitale de la Campanie !

You Might Also Like...

No Comments

Leave a Reply